Tu es venu d’Afrique, tu es venu de France, tu es venu de Wallonie, tu es venu du Brabant Wallon, tu es venu de Bruxelles, …  tu as été choisi par la Vierge Marie pour partir à Lourdes avec les Frères de Saint-Jean.  Nous sommes partis avec nos espoirs, nos attentes, nos faiblesses, nos fragilités, nos blessures et nous avons formé un groupe, un groupe de pèlerins en empruntant parfois les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

  1. Lundi 18 juin :
    Départ de Jette à 6h45 avec Bruno, le meilleur des chauffeurs.  Très bonne route pour arriver à Chartres où nous mangeons et sommes accueillis par une manifestation de cheminots de la SNCF.  Visite de la cathédrale avec une guide.  Le père Brice célèbre l’eucharistie avec le Père Luc dans la crypte Notre-Dame de Sous Terre.
    Départ pour Orléans, dîner à l’hôtel et repos.
  2. Mardi 19 juin :
    Départ pour Pellevoisin, arrivée au Sanctuaire Notre-Dame de Miséricorde de Pellevoisin. Eucharistie avec les soeurs contemplatives, les soeurs apostoliques, quelques bénévoles. Déjeuner avec la Communauté des Frères de Saint-Jean, et le Père Jean-Emmanuel, recteur du Sanctuaire se joint à nous.  Le repas terminé tout le monde aide à débarrasser et faire la vaisselle.  Le père Jean-Emanuel nous fait le récit des apparitions, de la guérison d’Estelle Faguette et du message de la Vierge Marie à la grotte de Montbel, dans le parc du château de la Comtesse de la Rochefoucauld.   Bénédiction et imposition du scapulaire du Sacré-Coeur  (révélation à la voyante le 9 septembre 1876) moment impressionnant et émouvant.
    Départ pour Rocamadour.  Rocamadour, l’un des plus extraordinaires sites de France. C’est un des sanctuaires les plus fréquentés au Moyen-Age (Rome, Jérusalem, Saint-Jacques-de-Compostelle et Rocamadour).  On y vénère la statue de la Vierge Noire et le corps retrouvé intact de Saint-Amadour (début de la chrétienté).
    Quand nous arrivons à Rocamadour le soleil brille encore sur les crêtes de la vallée, paysage  grandiose (falaise haute de 150m qui domine la gorge de l’Alzou)!
    Dîner gastronomique à l’hôtel.3. Mercredi 20 juin :
    Visite libre de Rocamadour, départ pour la montée des escaliers (216 marches qui se montent à genoux mais nous ne l’avons pas fait) ou ascenseurs pour arriver sur le parvis. Chapelle miraculeuse où se trouve la statue de la Vierge Noire.  Tombeau de Saint-Amadour, la Durandal de Roland, la chapelle Saint-Michel, la Basilique Saint-Sauveur où nous assistons à l’Eucharistie avec d’autres pèlerins, des espagnols, un groupe d’enfants, … Déjeuner à l’hôtel.  Départ pour Lourdes à 14h30 sous une chaleur écrasante.  Au fur et à mesure du trajet les Pyrénées se dessinent au loin avec ça et là encore un peu de neige sur les sommets.  Arrivée à Lourdes, à l’Hôtel Saint-Sauveur.  Dîner à l’hôtel.4. Jeudi 21 juin :
    Messe à la Basilique Notre-Dame du Rosaire.
    Journée libre, installations, découverte des sanctuaires, repos.  Certains vont déjà aux piscines, une démarche personnelle, très émouvante, d’une grande douceur qui apporte un calme, un bonheur indescriptible; d’autres vont prier à la grotte ou se confesser. Certains font des achats (objets de piété, produits régionaux, marché hebdomadaire aux halles, Jurançon, lainages des Pyrénées, …  ). Tout de suite on est pris par l’atmosphère apaisante du lieu, les rencontres fraternelles avec les autres pèlerins, les malades, les soignants, …
    Déjeuner et dîner à l’hôtel.

    5. Vendredi 22 juin :
    7h30 Messe à la grotte de Massabielle
    Petit-déjeuner à l’hôtel.  “Sur les pas de Bernadette” guidé par le Père Brice, circuit à travers le vieux Lourdes où l’on peut voir la maison natale de Bernadette – le moulin de Bolly -, le cachot où la famille Soubirous vécut quand ils furent ruinés, la maison paternelle que la famille reçu après les apparitions, …). Visite libre du pavillon de la Fondation OCH( office chrétien des personnes handicapées), du pavillon de Saint-Maximilien Kolbe (prêtre polonais grand amoureux de la Vierge Marie et mort en martyr à Auschwitz).  Déjeuner à l’hôtel.   Nous apprenons que Marie-Thérèse a des problèmes de santé.  Le 16e Pèlerinage Rencontre National des Anciens Combattants arrive pour quatre jours, il y a 17000 militaires dans Lourdes.  A 17h procession eucharistique suivie de la bénédiction des malades.  C’est un moment intense et porteur de grandes grâces.  Dîner à l’hôtel.  Le médecin de l’hôpital de Lourdes déconseille à Marie-Thérèse de continuer le pèlerinage en autocar.  Procession mariale aux flambeaux à 21h.

    6. Samedi 23 juin :
    Messe à la Basilique Notre-Dame du Rosaire.  Passage aux fontaines pour ramener de l’eau de la source à ceux qui n’ont pas pu venir à Lourdes.  Déjeuner à l’hôtel.  L’après-midi, c’est le chemin de croix, celui des Espéluges, qui grimpe dans la montagne ou celui de plein pied le long du Gave, pour les moins valides.  Grand moment d’émotion, de communion avec les souffrances de Jésus.  Nous progressons lentement, pieusement, entre deux groupe d’italiens, nous nous encourageons, nous nous soutenons, nous y arrivons!.  Procession eucharistique à 17h.  Dîner à l’hôtel.  *  Procession mariale aux flambeaux à 21h.

    7. Dimanche 24 juin :
    7h Messe à la chapelle Saint-Gabriel.  Petit déjeuner à l’hôtel.  Nous nous séparons de Marie-Thérèse qui rentre à Bruxelles en TGV.  Départ pour Toulouse.  Visite de la basilique Saint-Sernin, toute la grâce romane primitive (le plus grand édifice roman et l’un des plus beaux).  Pic Nic à l’ombre, le long du musée Saint-Raymond (musée archéologique).  Départ pour le Puy en Velay.  Pendant le trajet nous avons des nouvelles de Marie-Thérèse, nous la portons dans nos prières.  Arrivée à l’hôtel après une longue, très longue route.  Dîner à l’hôtel.

    8. Lundi 25 juin :
    Départ pour la visite de la cathédrale Notre-Dame (classée patrimoine de Unesco).  Le car ne peut nous monter tout en haut, il faut grimper et ça monte (134 marches) !  C’est une Soeur de Saint-Jean qui nous sert de guide.  On aperçoit des pitons volcaniques (necks), l’un porte la statue Notre-Dame-de- France, l’autre la chapelle Saint-Michel d’Aiguilhe.  Il faut déjà penser à redescendre pour partir vers le rocher de Saint-Joseph de Bon-Espoir d’Espaly.  Saint-Joseph : patron de l’Eglise universelle, patron de la bonne mort, modèle des travailleurs, soutien des familles et patron de la Belgique.  On recommence à grimper et monter pour arriver enfin à la grotte-chapelle où nous avons la messe.  Saint-Joseph porte une couronne pour dire qu’il descend du Roi David; l’ancre représente l’Espérance : sa vie est fixée en Dieu; la fleur de Lys symbolise la pureté de son coeur.  Il faut redescendre pour aller déjeuner à l’hôtel, des automobilistes aident gentiment les plus fatigués en les remontant jusqu’au car.  Départ pour Nevers, espace Bernadette Soubirous chez les Soeurs de la Charité, couvent Saint-Gildard.  Dîner et logement dans le sanctuaire.  Prière devant la chasse de Sainte-Bernadette.  Promenade guidée par le Père Brice dans le jardin, à l’endroit où Bernadette aimait prier le chapelet.

    9. Mardi 26 juin :
    Petit-déjeuner, visite du musée, prière à la grotte, départ pour Vézelay.  Montée vers la Basilique Sainte-Marie-Madeleine, chef-d’oeuvre de l’art roman. Messe célébrée dans la crypte contenant les reliques de sainte Marie-Madeleine.  Le Père Luc fête sa 41e année de sacerdoce.

    Prière :   “Sainte Marie-Madeleine, toi qui a été pardonnée par Jésus, toi qui as beaucoup aimé, montre-nous le chemin de la conversion véritable et de la pureté du coeur.  Par amour, tu as suivi Jésus pour le servir : apprends-nous à livrer gratuitement notre vie pour nos frères et soeurs.  Tu te trouvais près de la croix de Jésus, avec Marie et Jean : obtiens-nous la grâce de la foi et de l’espérance dans nos épreuves.  Au matin de Pâques, tu as reçu la mission d’annoncer la Résurrection à ses disciples : aide-nous à croire que la vie est plus forte que la mort, que l’amour triomphe de tout.  Sainte Marie-Madeleine, prie pour nous!”

    Repas à l’Auberge de la Coquille.  Descente vers le car et départ pour Reims.  Visite de la cathédrale Saint Remi malgré les Flâneries Musicales de Reims. La cathédrale contient les reliques de saint Remi, l’évêque qui a baptisé Clovis, roi des Francs.  Dîner à l’hôtel.

    10. Mercredi 27 juin :
    Visite guidée de la cathédrale de Reims avec un prêtre, nous admirons la façade, les dalles commémoratives, la sacristie avec une reproduction du sacre des rois de France, les vitraux, la stèle de Jean-Baptiste de La Salle fondateur des Frères des écoles chrétiennes, … Messe dans la chapelle axiale qui a reçu trois fenêtres réalisées par Marc Chagall : l’arbre de Jessé et différents épisodes de l’histoire des rois encadrant le Christ mort et ressuscité.
    Déjeuner à l’hôtel.  Remerciements, cadeaux,  échange d’adresse, de mail, de n° de GSM et champagne!  Départ pour Bruxelles où nous arrivons vers 19h15.

    Nous avons prié ensemble (les laudes, l’office du milieu du jour, l’angelus, le chapelet médité, les vêpres, la bénédiction de chaque repas).  Nous avons aussi chanté.  Père Brice nous a, à chaque fois, décrit le lieu que nous allions visiter et montré des photos.
    De jour en jour nous étions de plus en plus unis jusqu’à former une communauté, une petite cellule d’église où règne bienveillance, tolérance, entraide.  Nous avons été – comme l’a expliqué le Père Brice pendant le chemin de croix – un Simon de Cyrène les uns pour les autres.  Marie-Thérèse a du nous quitter mais nous sommes restés unis à elle, nous avons pensé à elle, nous avons prié pour elle chaque jour.
    Merci Seigneur, merci Marie, merci aux les Frères de Saint-Jean, merci Rita, merci Père Luc, merci à chacun de nous.

    Un pèlerin heureux, enthousiaste et reconnaissant